Benoît D.

Le blé est bien impropre à la consommation humaine et animale ; cela veut dire que les agriculteurs locaux font de la très mauvaise qualité.
Les odeurs de fermentation seront-elles filtrées ?


Bonjour,

Nous vous remercions pour votre question.

Concernant le blé utilisé pour la production du PLA, il s’agira de blé pouvant tout aussi bien servir à l’alimentation animale et humaine (et non pas impropre à la consommation). Il s’agit d’un choix conscient de la part de FUTERRO : le projet ne mobilisera que la partie « amidon » (sucre) du blé, les autres éléments constitutifs de la plante (protéines et fibres) seront revalorisés dans le secteur de l’alimentation humaine et animale.

Conceptuellement, il fait beaucoup plus sens d’utiliser ce type de matière première proposant de nombreuses applications alimentaires et non-alimentaires pour un même procédé industriel, d’autant que cet amidon est aujourd’hui utilisé pour la production de bioéthanol, qui est vouée à disparaitre dans les prochaines années avec la fin progressive des voitures à moteur thermique ou encore pour la production de carton.

Quant aux odeurs potentielles, il y aura bien des évent (air) dans nos fermenteurs. L’air rejeté sera capté et traité avant d’être rejeté afin de limiter l’impact olfactif de notre installation.